contenu de la page
Menu
PORTAIL DE L'AG

Agence de Notation des Startup IT Maroc Afrique et Moyen-Orient

De la voiture connectée à la « voiture-média »



Cette approche, aussi dérangeante et exaspérante qu’elle puisse paraître aujourd’hui, sera certainement inévitable dans un avenir assez proche.
Les voitures actuelles disposant d’une connexion à internet proposent déjà des services ciblés et géolocalisés, ainsi que des informations pratiques. Nous allons passer de l’ère de la voiture connectée à celle de la « voiture-média », à bord de laquelle on consommera également des contenus spécifiques.

Renault l’a d’ailleurs déjà anticipé en prenant une participation majoritaire dans le groupe médias Challenges. Les déplacements en voiture autonome vont libérer du temps de cerveau disponible, un temps considéré par les constructeurs et producteurs de contenus comme un immense gisement de services à proposer. C’est ce qu’Audi appelle « la 25ème heure ».

Alors bien sûr, certains y trouveront peut-être leur compte, en bénéficiant par exemple d’une connectivité gratuite et sans abonnement en échange de l’affichage de quelques publicités, mais le système n’en demeure pas moins pervers.

Car là où le bât blesse, c’est que comme dans un média classique, il faudra payer pour ne pas être submergé de publicités. Or un constructeur automobile n’est pas un média, ses sources de revenus sont ailleurs, et nous payons déjà assez cher pour le savoir. J’ai toujours trouvé anormal, voire indécent, d’être soumis à des annonces publicitaires alors que j’ai déjà payé pour un service ou un contenu.

C’est le cas par exemple au cinéma, où, bien que vous ayez payé votre billet (cher), vous devez subir 20 minutes de publicité avant un film. C’est le cas également avec la presse écrite, où la publicité représente souvent plus de la moitié du contenu alors que cous avez déjà déboursé plusieurs euros pour acheter un journal. J’ai toujours considéré cela comme un abus.

Soit on facture un service et on bâtit un modèle économique sain et vertueux autour (abonnements, souscriptions, vente de services…), soit on se finance par la publicité et alors on ne facture rien en plus. Ce que prépare Telenav – et probablement une bonne partie des constructeurs automobiles – s’inscrit dans ce modèle foireux du cinéma ou de la presse écrite.

De la voiture connectée à la « voiture-média »





Inscription à la newsletter




    Aucun événement à cette date.


Booking.com